Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

*

*

Pour m'aider à continuer de faire vivre ce site

Archives

Playlist Musique Zen 

D'où viennent mes visiteurs..?

 

free counters

 

 

Abonnez-vous :

Cliquer sur le bouton et inscrire votre e-mail


 

 livredor.gif

Signez mon livre d'or!

Publié par Maître ZEN

Toulouse-Usap, le poison d'avril

01/04/2006 Par SYLVAIN LABBE
De Sports.fr
Consulter aussi:


Le match Irlande-France, à l'occasion des quarts de finale de la Coupe d'Europe, a signé samedi l'élimination de l'Usap et surtout de Toulouse. Si Perpignan est tombé avec les honneurs, mais pas sans regrets, à Lansdowne Road face au Munster (19-10), Toulouse est tombé de haut, dominé dans son antre du Stadium (35-41) par le Leinster. Le BO tentera dimanche face à Sale de se faufiler dans un dernier carré où, outre le Leinster et le Munster qui s'affronteront, Bath, vainqueur (15-12) à Leicester, a pris place.

Terrible désillusion pour Yannick Bru et les Toulousains. Terrible désillusion pour Yannick Bru et les Toulousains.
La Ville Rose pleure sa Coupe d'Europe. Pour la dixième édition de l'épreuve, le Stade Toulousain ne fêtera pas par une quatrième conquête continentale la victoire inaugurale de 1996 à Cardiff. Après trois finales consécutives, les tenants du titre ont trouvé plus forts qu'eux avec ce Leinster dont la force de frappe n'était donc pas usurpée. Avec 32 essais inscrits en sept matches, la bande à O'Driscoll évolue cette saison sur une autre planète et même le déplacement du Stadium n'était pas en mesure d'enrayer la montée en puissance de la province irlandaise.

Face à des Toulousains, certes évoluant dans leur jardin préféré, où ils n'avaient jamais connu la défaite à ce stade de la compétition, compilant qui plus est une série de dix-neuf matches sans défaite à domicile (Stadium et Ernest-Wallon confondus) sur la scène européenne, mais loin d'être revenus à leur niveau de septembre dernier, l'escouade irlandaise dirigée de main de maître par l'Argentin Felipe Contepomi, formidable chef d'orchestre et à la hauteur de son statut de meilleur buteur et meilleur marqueur de sa formation (21 points samedi, assortis d'une passe décisive), s'avançait sans le moindre complexe. Sûre de sa force, pleine de certitudes là où Toulouse, à la différence de ses précédents quarts de finale (Edimbourg, Northampton affrontés en phase de poule), manquait de repères face à ce Leinster.

Le scalpel de Contepomi

Un Stade sur ses gardes mais qui ne se prive pas d'entamer ce match pied au plancher, à la fois bien décidé à museler la cavalerie légère irlandaise (O'Driscoll-Horgan-D'Arcy) et à chatouiller un pack annoncé comme la faille à exploiter côté Leinster. De l'envie, les Toulousains n'en manquent pas en effet et impriment leur rythme sans toutefois en profiter, l'entame de match se résumant à un duel de buteurs entre Jean-Baptiste Elissalde (2 pénalités) et Contepomi (3 pénalités) (6-9, 18e). Menés, les tenants du titre payent surtout une somme non négligeable de petites erreurs accumulées qui font le régal de l'élève chirurgien Contepomi, aussi précis au pied que sa passe est digne d'un scalpel lorsque après l'infiltration de Shane Horgan, l'ouvreur s'en va servir en complet déséquilibre son capitaine O'Driscoll pour le premier essai irlandais de la rencontre (6-16, 25e).

Elissalde peut bien réduire l'écart sur pénalité (9-16, 31e), l'impression est nettement en faveur des joueurs du Leinster pas le moins du monde impressionnés par le volcan du Stadium il est vrai plutôt refroidi par l'évolution des débats. Erreurs et imprécisions restent toujours le lot de ces Toulousains dont le monopole du ballon est pollué ici par un mauvais choix au pied de Michalak donnant l'occasion d'une nouvelle relance irlandaise, là par la fougue mal canalisée de Finau Maka offrant une pénalité à Contepomi (9-19, 34e). Le sauvetage de Vincent Clerc juste avant la pause, suite à un ballon d'Elissalde contré, laisse au public toulousain le frisson pour toute la durée de la pause (37e).

Guy Novès qui, conscient de la nécessité de recréer les automatismes perdus après le Tournoi et l'absence des internationaux consécutive, évoquait un nouveau début de saison avant ce choc, avait dû, on l'imagine, marteler l'idée d'un nouveau départ au retour des vestiaires après ce premier acte si mal maîtrisé. Et cela fonctionnait, le Stade ne se ruant non pas à l'abordage mais construisant méthodiquement son retour en capitalisant sur sa pression et les fautes d'une équipe du Leinster prise à la gorge. Elissalde enchaînait deux pénalités gagnantes, avant que Michalak ne claque le drop de l'espoir (18-19, 53e).

Michalak, le nouveau calvaire

Jauzion pris et totalement impuissant dans l'étau du Leinster. Jauzion pris et totalement impuissant dans l'étau du Leinster.

Mais à cette inspiration de l'ouvreur toulousain succède, à la sortie d'une mêlée dans les vingt-deux toulousains, un désastre avec cette passe mal assurée de Michalak, qui sortira sous quelques sifflets quelques minutes plus tard, à destination... du troisième ligne Jowitt libre pour aller poignarder les Toulousains d'un deuxième essai (18-26, 59e). Elissalde a beau réagir immédiatement (21-26, 56e), le mal est fait et s'il accentue sa domination, le Stade bute sur un mur irlandais, à l'image de Yannick Jauzion pourtant si affamé après son hiver blanc, et la contre-attaque de Denis Hickie sur près de soixante-dix mètres est imparable. L'ailier irlandais, bien que repris par Clerc in extremis, vient mourir dans le coin de l'en-but toulousain. Pied en touche ou pas, comme le réclame tout un stade, l'essai accordé par M. Pearson, sanctionne les errances toulousaines désormais trop nombreuses (21-31, 60e).

Et la correction sera totale, Horgan ajoutant un quatrième essai (21-38, 69e) avant que Contepomi n'ajoute à l'humiliation une ultime pénalité pour faire grossir jusqu'à... vingt points d'avance l'écart invraisemblable en faveur du Leinster qui, lui, semble avoir réintégré ses internationaux, absents aux aussi durant deux mois, avec un tout autre bonheur (21-41, 70e). Le baroud des Toulousains, avec ces deux essais de Nyanga (28-41, 74e) et de Jauzion (35-41, 80e), pour venir mourir à un essai transformé des Irlandais, sera à la hauteur de la déception. Toulouse n'a pas fini de pleurer son trophée...

 

Allez on vous soutient lez Stade Toulousain!!!!Vive le Stade!!!

Commenter cet article

Fanny 04/04/2006 08:29

Tout ça pour voir le stade Toulousain perdre ?!! franchement ça vallait pas le coup.....