Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 Vous aimez mon site? 

 
 
 
    Merci beaucoup.     

Regagnons les 23.100 fans...

Suivre Maître Zen

Pour m'aider à continuer de faire vivre ce site

Playlist Musique Zen 

D'où viennent mes visiteurs..?

 

free counters

 

 

Abonnez-vous :

Cliquer sur le bouton et inscrire votre e-mail


 

 livredor.gif

Signez mon livre d'or!

Publié par Maître ZEN

 

Respirer des odeurs pour nous apaiser, booster notre énergie ou encore pour brûler les graisses… c’est l’affaire de l’aromachologie. Une science qui pourrait bien nous apporter le secret du bien-être.

L'aromachologie : quand les odeurs nous font du bien

Aromachologie et aromathérapie, c’est pareil ?

 

Née dans les années 80, l’aromachologie est la science des phénomènes liés aux odeurs qui influencent le comportement. De nombreuses études scientifiques ont en effet démontré qu’elles avaient des effets psychologiques mais aussi physiologiques en agissant sur la qualité du sommeil, le stress et même sur les capitons. 

Si les deux noms se ressemblent, ces deux sciences n'ont cependant rien à voir. Connue depuis l’Antiquité, puisque les Égyptiens, les Grecs et les Romains utilisaient déjà les plantes pour se soigner, l’aromathérapie se définit comme l’art de soigner en utilisant les Huiles Essentielles. Mais le nom tel qu’on l’utilise aujourd’hui n’est apparu qu’en 1937, lorsqu’un chimiste français, René-Maurice Gattefossé le décrivit dans un ouvrage « Aromathérapie, les huiles essentielles, hormones végétales ». Brûlé au niveau des mains lors d'une expérience en laboratoire, il appliqua par hasard de l'Huile Essentielle de Lavande sur ses plaies. La guérison fut si spectaculaire qu'il passa le reste de sa vie à étudier leurs propriétés. Aujourd’hui, très tendances, on les utilise pour traiter tout un tas de symptômes, respiratoires, digestifs, psychologiques, inflammatoires…

Holistique, l’aromachologie intègre globalement le corps, l'esprit et l'environnement de l'individu et traduit une évolution du rôle du parfum dans notre société. Au-delà du geste de séduction, il est dans ce cas utilisé pour se sentir en meilleure harmonie avec soi-même. On pourrait presque considérer que c’est une médecine préventive, permettant de réguler et de maintenir son équilibre physique et psychique.

Déclencheur d’humeur

 

La première voie de modification par l’odeur c’est l’émotion qu’elle évoque. Elle peut provoquer une sensation positive, comme lorsqu'une odeur de pain chaud vient nous chatouiller les narines, ou négative, comme lorsqu'on respire les égouts.

Cela déclenche non seulement un comportement (expression faciale marquant la joie ou le rejet, changement du ton de la voix) mais aussi une série de réactions de notre organisme (modification du rythme respiratoire, cardiaque ou encore de la tension musculaire).

Comme le souligne le Dr Aubert, « on a découvert que certains organes, comme le cœur ou les ovaires, ont des récepteurs capables de répondre aux molécules odorantes. Nous savons aussi que certaines odeurs peuvent susciter des réponses émotionnelles capables d’augmenter transitoirement la libération de certains médiateurs cérébraux tels que la sérotonine, ce qui favorise une humeur positive et la construction d’un état de bien-être ».

Quand les odeurs titillent nos sens... et nos euros !

 

Visant nos cinq sens, le marketing sensoriel fait tout pour stimuler nos pulsions d’achat. Experts en la matière, les anglo-saxons multiplient les expériences. Diffusion d’un parfum poudré dans les salons d’essayage d’une enseigne de lingerie et le chiffre d’affaires est boosté de 30 % ! En laissant flotter douze parfums différents dans ses rayons, Harrods détient le record du temps passé dans un grand magasin avec 2h20 en moyenne !

Selon l’étude du Pr Eric Spangenberg* « c’est en examinant les centres du plaisir par des scanners cérébraux qu’on se rend compte du pouvoir qu’ont certaines odeurs à inciter les clients à passer plus de temps dans les rayons, à dépenser davantage et à revenir plus souvent. »

*Washington State University, 2012 

L’olfactothérapie : sentir son âme…

 

Thérapie émotionnelle récente, cette méthode se base sur la puissance d’évocation des odeurs pour réveiller des souvenirs, conscients ou inconscients, pouvant être à l’origine d’une souffrance psychique. Relaxé, le patient est soumis à un test d’odeurs dont l’une d’entre-elles va l’aider à évoquer un souvenir ou un sentiment. L’olfactothérapeute remet une fiole « remède » en fin de séance, à respirer en cas de SOS.

Pour de réels effets, compter une séance toutes les 3 semaines. Entre 60 et 80 € pour 1h30. Pour plus d'infos, rendez-vous sur le site de Gilles Fournil, fondateur de l’olfactothérapie®, ou de Aude Maillard, olfactothérapeute passionnée. Pour trouver un praticien, consultez l'annuaire des thérapeutes. 

L'aromachologie : quand les odeurs nous font du bien

« Le pouvoir des odeurs sur le bien-être, c’est scientifiquement prouvé ! »

 

Trois questions au Dr Arnaud Aubert*, à qui "Roger et Gallet" a demandé de mesurer les effets aromachologiques de l’Eau des Bienfaits. Parfumeur depuis plus de 150 ans, la marque a adopté l’aromachologie en ajoutant à toutes ses créations des parfums dont le but est d’agir sur le bien-être.

Les odeurs influencent-elles le comportement ?

Elles modulent véritablement l’humeur et génèrent des émotions. En termes d’applications thérapeutiques nous n’en sommes pas encore au stade curatif, mais le potentiel préventif est énorme. L’impact de la diffusion de vanille, selon une étude récente, réduit de près de 30% l’apnée du sommeil. Nous étudions aussi leurs effets stimulants dans les voitures pour éviter l’endormissement au volant, anxiolytiques dans les aéroports, ou encore apaisants et familiers dans les couloirs des maisons de retraite pour faciliter le repérage spatial de ceux dont la mémoire ou le sens visuel fait défaut… Quant à l’Eau des Bienfaits, nous avons démontré l’impact de l’utilisation prolongée de la fragrance en termes de bien-être. Elle a le pouvoir de provoquer une sensation apaisante à court terme, mais aussi d’atténuer la réponse de stress chez près de 80% des sujets à long terme.

Quelle est votre définition du bien-être ?

Ce n’est pas seulement une sensation ou une pensée agréable liée au bonheur. C’est une capacité de l’ensemble du corps, mental et physiologique, qui permet à tout l’organisme de bien fonctionner en cas de difficulté, fatigue passagère, stress, ou encore face à un sentiment de peur. Contrairement à l’émotion positive qui est un événement de courte durée, le bien-être est un phénomène durable. Il se construit au fil du temps par l’accumulation d’émotions positives. 

Existe t’il un rythme olfactif ?

Les odeurs peuvent nous aider à nous stimuler ou à nous apaiser selon nos rythmes biologiques naturels. La menthe et les agrumes fonctionnent très bien le matin pour nous booster, tout comme les notes florales, idéales pour lutter contre le coup de barre de 17 h. Le soir, on préférera les notes apaisantes de lavande, ou sensuelles de vanille…

*Enseignant-Chercheur à l’Université de Tours, Habilité à Diriger des Recherches (HDR)
Docteur en Psychoneuroimmunologie (Université de Bordeaux 2)
Diplômé en Psychobiology & Developmental Psychology (University of California at Berkeley, USA)

Rejoignez-moi sur Facebook !
https://www.facebook.com/lapagedemaitrezen

en cliquant sur j'aime  ;-)

 

Merci d'avance!

 

 

Commenter cet article